jardin à manger

Accueil | Légumes | Salades et fines herbes | Fleurs à manger | Agir bio | Forum | Glossaire | Recettes

Les vilaines maladies causées par des champignons !

à voir aussi : les insectes nuisibles et méthodes bio et les auxiliaires du jardinier

Mildiou - Hernie - Oïdium - Pourriture grise
Fonte des semis - Mosaïque - Rouille

 

Mais qu'est ce que ce truc ?

Prévention et lutte

Hernie
des crucifères

hernie du chou

L'hernie du chou, parfois appelé galle du chou, est un champignon qui vit dans la terre. C'est le Plasmodiophora brassicae qui s'attaque aux choux, aux radis, aux navets, au colza et à la moutarde.

Symptômes : dans la journée les feuilles rabougrissent, elles rougissent. Le collet et les racines se déforment, apparaissent des sortes d'enflures, de tumeurs creuses, puis elles pourrissent.

Périodes : à l'automne et au printemps, températures entre 14 et 25 ° C

Risques de développement :
Terre trop acides, avec un ph < à 5.8.
Terres mal drainées, sol sableux et compact.
Absence de rotation des cultures.

Prévenir :
Connaître le ph du sol et le corriger, pour qu'il soit supérieur à 6.5.
Faire le test au chou chinois pour savoir si la terre est infectée.
Choisir des variétés résistantes

Test au chou chinois
Dans un pot au printemps, mettez la terre de votre potager. Si la surface est grande , faites plusieurs pots avec un échantillon de chaque parcelle de terre.
Semer dedans 3 à 4 graines de chou chinois. Après 6 semaines, quand les plants ont levé arrachez et regarder les racines pour déceler leurs malformations éventuelles : signe de la présence du champignon.


Guérir : Aucun fongicide bio n'existe.
Vite arracher les plantes atteintes et les brûler.
Désinfecter les outils.
Améliorer le drainage du sol.
Creuser une cuvette autour des pieds non attaqués et jeter quelques poignées de calcaire broyé. Recouvrir de terre.

Attendre au moins 5 ans pour replanter une brassicacée à cet emplacement, et corriger éventuellement la terre entre temps.

haut de page

Mildiou

mildiou
Mildiou sur pommes de terre - photo Inra

mildiou petits pois
Mildiou sur petits pois - photo Inra

Plusieurs champignons / parasites pour plusieurs espèces de plantes sont à l'origine du "mildiou"

Symptômes : des taches jaunes / brunes d'aspect huileux sur le dessus des feuilles et la marque blanchâtre ou grise correspondante sur le dessous de la feuilles, visible par temps humide.
Les feuilles se recroquevillent et dessèchent. Taches brunes sur les tiges.
Les plantes rabougrissent et meurent. les légumes atteints présentent bosses et tâches
brunes.


Périodes : une forte humidité ambiante, pluies successives sans séchage, et selon les espèces de mildiou, fraicheur (petits pois) ou chaleur (pomme de terre, tomate)

Risques de développement :
Plantes serrées, absence de rotation des cultures, trop d'humidité.


Peronospora parasitica ou mildiou des crucifères (brassicacées)
Phytophthora infestans : pommes de terre et tomates
Peronospora destructor : oignons, ail
Phytophthora cactorum : fraisiers
...etc.

L'horreur !

Prévenir : espacer les plants : on plante un peu moins, mais on ne perd pas tout. L'air circule et parmet à la plante de sécher.
Pratiquer la rotation des cultures qui interrompt la reproduction des insectes parasites et maladies fongiques.
Si vos risques sont importants : utiliser des semences résistantes.
Eviter toute humidité persistante sur les feuilles, planter tomates et pommes de terre au soleil et arroser au pied. Au besoin et si vous le pouvez protégez de la pluie avec des plastiques tendus sur des tuteurs, là çà marche. (gare au vent)

Avant de planter : enterrer des orties au fond du trou, à environ 20 cm.

Guérir : Surveillez et aux premières (et faibles atteintes) enlever tout de suite les feuilles atteintes et tenter de traiter au purin d'ortie
sinon : détruire les plants infestés, brûler.
La maladie se propageant rapidement, intervenir très vite.
Impérativement : ne pas replanter la même espèce au même endroit avant 5 ans.

Purin fongicide :

Le purin d'ortie, dilué et la décocion d'ail font leurs preuves. (plutôt préventif)
Evitez le plus possible le sulfate de cuivre, les produits à base de cuivre dont l'usage est controversé en raison des risques sur les micro-organismes du sol et des vers de terre, les poissons.
En agriculture biologique paysanne, l'usage du cuivre est limité à 6kg/an/hectare ..en attendant un produit de remplacement , c'est tout dire .
En jardinage familial, le recours à la bouillie bordelaise, régulier et insistant, pourrait bien localement présenter les mêmes risques.

Bien que le mildiou soit peu résistant à la chaleur, ne mettez pas les plantes infestées au compost.

haut de page

Oïdium

Oïdium
photo : wikipédia

Champigon de la famille des érysiphacées . Chacun sa plante préférée, il y a plus de 100 espèces. Ainsi l'oïdium du rosier n'ira pas sur votre courgette, et réciproquement.
L'odium s'attaque à la vigne, aux rosiers, aux arbres fruitiers, aux groseillers et aux légumes. Gourmand va !

Symptômes : les feuilles sont recouvertes de mycélium blanc, sur les deux faces, une sorte de poudre blanche. La feuille s'enroule, se desseche. Privée de possibilité de synthétiser la chlorophyle la plante végète.

Périodes : à partir de mai, temps sec, mais forte humidité ambiante

Risques de développement : les étés chauds et humides.

Erysiphe graminis : oïdium des céréales
Sphaerotheca pannosa : oïdium des rosiers
Erysiphe cichoracearum : oïdium des concombres et des courgettes
Podosphaera aphanis : oïdium du fraisier
.... et çà continue

Prévenir : espacer les plantes, ne pas favoriser plus d'humidité que necessaire en arrosant trop

Guérir : au début de l'attaque, il est parfois possible de ne supprimer (brûler) que les feuilles atteintes.. on peut tenter.

Traiter au lait, cela marche et n'est pas toxique

Le lait à la rescousse :

Mélanger 9 litres d'eau pour un litre de lait (écrémé ou demi écrémé).
Pulvériser une fois par semaine par temps sec.
C'est pas plus cher qu'un fongicide chimique et plus écologique. Attention toutefois à ne pas surdoser le lait, ce qui pourrait provoquer l'apparition d'autres maladies.


haut de page

Pourriture grise

botrytis
Photo : Ministère de l'agriculture chilien, plusieurs photos à consulter

Pourriture grise
Photo wikipédia

Ce qu'on appelle pourriture grise est dû au botrytis cinerea. C'est un champignon qui s'attaque aux feuilles et aux tiges et aux fruits de nombreuses plantes : Fraisiers, salades, tomates, aubergine, fabacées...vigne

Symptômes : les parties atteintes se couvrent d'un feutrage gris.

Périodes : Automne et printemps principalement. Une température assez fraîche, entre 15 et 20 °C et une forte humidité ambiante, peu de lumière

Risques de développement : les cultures sous abris et sous serre y sont très sensibles.
Le champignon affectera des plantes étiolées, déjà affaiblies et / ou endommagées par des plaies.
Les terres trop azotées constituent un terrain favorable au développement.
Il s'installera aussi sur les plantes lésées par du gel.

Quand la pourriture devient noble : utilisé pour certains vins liquoreux et blanc, le botrytis troue la pulpe et envahit le grain de raisin. Ce faisant, il assure l'évaporation de l'eau du grain, concentre le moult. La teneur en sucre et en aromes augmentent, donnant à ces vins leur goût caractéristique. Par contre le botrytis est catastrophique pour les vins rouges.

A noter : le botrytis s'adapte aux fongicides chimiques et développe des résistances.

Prévenir : c'est la défense essentielle pour ce champignon.
Sous abri, veiller à bien aérer, favoriser l'assèchement, bien nettoyer en enlevant tous les déchets de culture, et veiller à avoir suffisamment de luminosité pour éviter l'étiolement.

Sous abri ou en pleine terre : Espacer pour que l'air circule bien entre les plants. Arroser de préférence en milieu de journée, pour ne pas maintenir trop l'humidité.
Veiller au bon drainage du sol.
Tuteurer et éviter que les plantes traînent sur le sol. Bâcher les fraisiers.
Manipuler toutes plantes sans les blesser.
Ne pas enrichir la terre en engrais azotés en cours de culture.
Associer des alliacées , de l'ail par exemple.

Utiliser la décoction de prêle, riche en silice, pour renforcer les plantes

Décoction de prêle

Mettre à tremper pendant 24 heures 1 kg de prêle fraîche (parties aériennes) ou 150g de prêle séchée dans 10 litres d'eau. Faire bouillir pendant vingt minutes, couvrir et laisser refroidir. Diluer 5 fois avant d'appliquer au feuillage. Utiliser en arrosage au printemps et en automne une fois par semaine.



haut de page

Fonte des semis

fonte des semisSymptômes provoqués par pythium ou phytophtora , pourriture molle et humide des feuilles et de la tige

fonte des semisSymptômes de rhyzoctonia (plante saine à gauche) lésions rouges / brunes au collet, au niveau du sol, pauvre développement des racines Photos : Université de l'état de Iowa

La fonte des semis peut être provoquée par divers champignons du sol.

Parmi eux : des champignons des genres Pythium , phytophtora, fusarium, Rhizoctonia, le botrytis cinerea (ci dessus), et quelques autres encore.

Symptômes : La levée ne se fait pas du tout, ou la jeune la plantule jaunit ou brunit surtout au niveau du sol, devient molle, "pincée" à la base et s'affaisse, puis "disparaît".

Périodes et risques de développement : principalement : semis trop précoces températures fraîches, sol froid, , excès d'humidité stagnante et substrat trop riche en matières azotées récentes.
Les terreaux, les semences, les pots utilisés peuvent être eux mêmes infectés.

Stériliser :

les outils et pots : avec de l'eau et de l'eau de javel.
Le terreau si infecté : mettre 10 cm de terreau dans un plat en verre, recouvrir avec une feuille d'aluminium et passer au four à 95 °C pendant 30 minutes.

 

Prévenir : c'est à peu près la seule chose qui puisse être faite.

Semer quand le sol est suffisamment réchauffé, correspondant aux besoins de la plante envisagée et dans une terre légère.
Ne pas semer ni trop tôt, ni trop dense, ni trop profond et éclaircir.
Bref, améliorer les conditions de levée selon les besoins de la plante.

Dans tous les cas : ne pas trop arroser, de préférence en milieu de matinée, pour un assèchement dans la journée, et s'assurer que le sol est bien drainant.

Aérer et réchauffer les semis sous abris, en serre.

S'assurer de l'achat de terreau et de semences de qualité, ne plus utiliser un terreau infecté ou le stériliser, ainsi que tous les outils, pots, bacs soupçonnés.

En cas de risque : anticiper avec des arrosages / pulvérisations préventifs à la décoction de prêle, ou à la décoction d'ail .

 

haut de page

Mosaïque des légumes

mosaique de la laitue
Photo : INRA

Les mosaïques de la laitue, du concombre, etc., sont provoqués par des virus.
Ces virus peuvent se trouver dans la semence déjà infectée ou être transmis par des pucerons.

Symptômes de la mosaïque de la laitue (LMV, lettuce mosaic virus) : des marbrures pales, jaunies apparaissent sur les feuilles. Elles sont gaufrées, déformées, cloquées, plus ou moins enroulées. les nervures blanchissent, des nécroses peuvent se former. La plante reste naine, et la pomme ne se forme pas.

Périodes et risques de développement : apparitions irrégulières, imprévisibles

Prévenir : choisir une variété résistante.

Désherber : certaines plantes servant de "réservoirs" aux virus entre deux cultures .

Dissuader les pucerons de venir en paillant le sol avec des matières plastiques réflechissantes ou de l'aluminium.
A noter : le virus peut être inoculé par un puceron de passage, qui "goûtait" la plante en quelque sorte, puis qui est reparti sans installation d'une colonie sur la plante.
Protéger les pépinières avec des voiles.

Guérir : pas de méthode. Supprimer les plantes atteintes dès l'apparition des symptômes, les brûler.

haut de page